La mutualisation est une instrument de l'assurance : Il est utile de rappeler que la mutualisation est un instrument d'assurance. Il s'agit de se prémunir ensemble contre un risque qui menace chacun.

Risques en matière de logiciel contre lesquels se prémunir avec du logiciel libre

Deux risques importants qui menacent les systèmes d'information en matière de logiciel sont la situation de client captif (vendor lock in) et la dépendance à des standards propriétaires (coût de sortie élevés). Le recours au logiciel libre permet

  1. de séparer la choix de la solution et le choix de la prestation (et donc aiguise la concurrence)
  2. augmenter l'interopérabilité.

Qu'il est déraisonnable de vouloir se protéger seul

Il est possible de répondre seul à ces risques. cela coûte cher. Il est par exemple illusoire de vouloir mettre en concurrence le libre et le propriétaire sur le même cahier des charges s'il n'existe pas de solution libre déjà développée et approchant de la demande.

 

Cas 1 : la solution existe en libre

L'heure du choix

Lorsqu'il existe des solutions libres qui répondent peu ou prou au besoin, il n'y a pas besoin d'appel d'offre pour faire un choix (le code des marchés publics ne s'adresse qu'aux objets onéreux). Il est possible

  1. de se faire assister pour faire un choix
  2. ou de recourir à des ressources internes pour ce faire.

Mettre ensuite en concurrence1 sur la garantie, les prestations, la formation etc

 

Cas 2 : il n'existe pas de solution en libre

Phase 1 - Groupe de définition

Il faut chercher qui pourrait avoir des besoins analogues.

Ceci permettra de distinguer dans nos besoins :

  • Le générique
  • Le spécifique

On veillera particulièrement à trois choses :

  1. L'architecture modulaire
  2. Le respect scrupuleux des standards
  3. L'utilisation de composants pérennes, avec si possible un travail conjoint avec leurs communautés (certaines SSLL ont des droits en écriture dans les "trunks" de certains logiciels et participent à leur développement).

Phase 2 - Achat groupé du générique

Le code des marchés publics permet les marchés groupés. Ils sont particulièrement adaptés pour acheter du développement logiciel à plusieurs. Mais beaucoup de collectivités hésitent à y recourir en arguant de la lourdeur administrative. Est-il possible, si l'on se fait confiance (par convention ?), d'acheter séparément des briques logicielles libres et de les assembler au terme des marchés ?

Il est utile d'alotir le développement et de mettre plusieurs entreprises sur le développement. En demandant si possible l'utilisation de méthodes agiles. Cela évite la viscosité que peut ajouter le premier prestataire, qui a tendance à se croire (et à être) ensuite en terrain conquis. Cela accélère la concurrence sur le service car il est probable que toutes les entreprises participant au développement feront par la suite du service sur le produit.

Penser à la suite

La suite de la vie d'un logiciel libre métier, ce sont des marchés de services (le développement de fonctionnalités supplémentaires est un service), dont il faudra arbitrer le dépôt de code associé dans le projet.

Ce rôle d'administrateur du projet peut faire partie du marché initial.

 

Pour qu'il y ait concurrence, il faut qu'il y ait plusieurs prestataires capables de répondre.